Petits théâtres de l’intime

Les mêmes détours

Au botanique, une ancienne de l’école du 75, nous entraîne dans les mêmes détours du privé mais avec un peu moins d’insouciance. Une question se profile entre les différents niveaux (au sens propre) d’images. « Où est donc ce moi ? » dans cette pomme acidulée ? Dans le visage de mon père ? Dans mes souvenirs de voyages ? Dans quelles traces, dans quelles miettes de ma vie ? La réponse à cette quête d’identité pourrait bien se trouver dans sa manière de photographier, dans ce regard subtile, dans cette sensibilité volatile, dans ce festival féminissimo. D’une certaine manière ces deux expositions s’apparentent à cette part de la photographie qu’est le souvenir de famille. Si elles s’en distinguent, c’est par un savoir faire certain qui fait mouche tout en préservant légèreté et spontanéité. D’une image à l’autre, le visiteur a l’impression de déplier les minuscules papiers sur lesquelles les petites filles écrivent leurs secrets.

Jean-Marc Bodson